21/10/2014

J'ai égaré une perle pure

perle, pure, symbole, lune, cuba, poésie, poème, femme, yuliana.jpg


Sur une carte marquée d’une croix

J’ai décrypté l’endroit, enfin je crois,

Qui cache un coffre qui s’accroit.

 

Son contenu se multiplie par trois

A la mesure que l’on se l’octroi

Et s’enrichit comme un grand roi de Troie.

 

Il était enterré en un endroit ;

Une terre couché tout à son droit

Sur un océan parfois maladroit.

 

Une terre où il fait rarement froid,

Car il est dur de garder son sang-froid

Quand il fait chaud à nous mettre en effroi.

 

 

Je fus ainsi l’heureux élu, un soir,

Un soir chaud, mouillant comme un arrosoir,

Somptueux et simple comme bonsoir.

 

J’ai profité sans même le savoir

D’un trésor que tout le monde pouvait voir,

Une perle que je ne pu prévoir.

 

Mais j’ai égaré cette pierre pure

Et en mon cœur git une coupure

Que seul son souvenir épure.

 

Ah comme l’oubli peut être bien dur

Quand en nous le souvenir perdure ;

J’aimerais oublier ce que j’endure.

 

Source image: http://triskele.eklablog.com/la-perle-a102977841

16/09/2014

Haïkourt lointain

haikourt lointain, bleu, tableau, haiku, igor, partir, devenir, retour.jpg

Laissons la partir,

Elle ne veut pas revenir;

Plus de devenir!

 

Source image: http://galerieourika.wifeo.com/lointain-bleu.php

29/08/2014

Souvenir cubain

souvenir cubain, cuba, poésie, poème, écriture créative, voyage, mémoire, commencement, belle, elle

Il s’en faut bien peu

Pour que nos cœurs crochent

A celles et ceux

Qui près de nous s’approchent.

 

Quelques regards,

Une discussion,

Et à l’unisson

L’on est hagard.

 

Et puis je me rappelle

Comment elle dansait ;

Telle une hirondelle

Pure qui s’envolait.

 

J’aime tant voyager

De contrée en contrée,

Mais son âme blanche d’hiver

Reste une terre de mystère

 

Tente encore de me distancer,

Je ne te laisserais plus fuir,

Car quand tout a enfin commencé

C’est quand je t’ai laissé partir.

 

Source image: http://laetisplayground.wordpress.com/2012/05/31/un-souve...

28/08/2014

Après cette nuit


souviens toi, remember, poésie, poème, après cette nuit, cuba, yuliana.jpg

Chut ! Marche discrètement,

Tes pas sont beaucoup trop lourds,

Crois-tu que l’on est sourd

Parce que l’on dort fermement ?

Déplace-toi dans la lumière

Comme dans l’ombre un ninja,

Et écrit au poison amère

Ton départ d’ici-bas.

Embrasse-la tendrement,

Contemple sa figure, comme elle est belle,

Et puis dis-lui gentiment

Que cette nuit était atemporelle.

Surtout ne la trouble point,

Elle rêve si profondément,

Mais dépose avec soin

La fleur qu’offrent les amants.

 

Source image: http://www.mespoemes.net/sites/lire.php?id_poeme=102213&a...

26/08/2014

Je pensais à ces étoiles

lunette_ciel_etoiles.jpg

Je pensais à ces étoiles qui guident la lune,

Tu sais bien, ces étoiles qui s’allument une à une.

Elles étaient plus riches que la femme d’un roi,

Et ce doux rêve m’a mené à pensé à toi.

 

Source image: http://www.stelvision.com/observer-ciel/observer-ciel.php

 

24/08/2014

J'ai rêvé de toi

mr rêve, poème, écriture créative, expérience, igor, j'ai rêvé de toi, yuliana, russie, cuba.jpg

La neige a noyé

Les toits et les voies,

Les deux yeux fermés

C’est toi que je vois.

 

Je suis tes petits pas

Déposés sur la poudre,

Espérant que là-bas

Rien ne soit à résoudre.

 

Au fin fond du froid chemin

Seront tes yeux délicieux,

Qui me verront silencieux

Venir te prendre la main.

 

Les fines feuilles se sont enfuient,

Privant les arbres de leur vareuse,

La route est large et tortueuse,

Plus je m’approche, plus je languis.

 

J’ai couru, je cours, encore, encore,

Comme coule les divins cours d’eau.

Le dvina du nord afflue à flot

Et comme lui j’ai deux foyers forts.

 

Source image: http://www.jedessine.com/c_31520/coloriage/coloriage-de-m...

23/05/2014

Her by Spike Jonze

her,elle,film,cinéma,igor,rodrigues,ramos,expériences alphabétiques,movie,bande annonce,françois,samantha,folie,amoureusement,intelligence artificielle,système d'exploitationEmmené par un Joaquim Phoenix des plus humains et des plus touchants, Her nous emmène aux confins de l'intelligence artificielle et de la possibilité amoureuse.

Le film est troublant. Personnellement, j'ai parfois eu l'impression qu'il y avait des sentiments qui naissaient en moi pendant que je savourais le film, que tous ont probablement dû ressentir. Des sentiments partagés par tous les humains. Quelque chose d'universel...

On cherche parfois la solitude et l'individualisation mais il semblerait que nous sommes avant tout des êtres sociaux. Nous avons besoin d'aimer et que l'on nous aime. Comme il est dit dans le film " L'amour est une folie socialement accepté".

Et puis la voix de Samantha... " Et, pour sa voix, lointaine, et calme, et grave, elle a
L'inflexion des voix chères qui se sont tues." (Verlaine)

On s'attache si vite à cette intelligence artificielle. On la considère très rapidement comme une personne à part entière. On fini même par l'aimer comme le héros.

Je n'ai qu'un seule réelle chose à vous dire à propos de ce film, qui soit dit en passant, est un des films qui m'a probablement le plus touché au fond de mon être: allez tout simplement le voir! Ne manquez pas cette opportunité!

Enfin, je vous laisse en compagnie de la bande annonce:


Et comme dirait Valéry :

"Aimons-nous vivants

N'attendons pas que la mort nous trouve du talent

Aimons-nous vivants

S'il faut danser, je veux danser maintenant

Aimons-nous vivants"

 

20/12/2013

Bref, un constat amer parmi tant d'autres (Part. III)

 

Je fais souvent ce rêve étrange, lorsque je suis éveillé, d’un livre que j’ai écrit pour un ami que n’ai point rencontré et que je ne rencontrerai jamais.

Il est temps de l’écrire.

 Il y a temps pour lire, un autre pour écrire, et il ne faut jamais arrêter de les pratiquer, tant qu’on le peut et qu’on le veut. Maintenant j’écris, demain on verra. Demain c’est loin.

Tu ne viens pas d’ici, ni de là-bas, peut être es-tu partout ? Ou pas. Tu es peut être un extra-terrestre. Je ne sais point si tu existes. Je suppose que oui car mon esprit n’arrive pas à concevoir que l’être humain soit le seul être vivant à penser et dire l’univers. Je ne suis pas seul dans ma solitude. C’est cet espoir imaginaire qui me fait écrire mon très cher ami. Peut-être es-tu moi, toi, lui, elle, nous, un alien tout vert. Qui sait ? Pas moi en tout cas. Et pourtant, je suis là, assis entre quatre murs, mélancolique, à t’écrire ces paroles bientôt oubliées.

Mon ami inconnu, je ne suis pas l’ombre de mon auteur et je prends le risque de t’écrire ; être insoupçonné vivant quelque part, je ne sais où, évidemment.

Ton apparence m’importe peu, que tu aies huit bras, quatre jambes et vingt sens à ta disposition, tout ce que je désire c’est entrevoir ce que tu peux penser, ce que tu connais, ce que tu ressens. En me parlant de toi, tu me parleras du monde, tu me raconteras ce que racontent les créatures, je ressentirais ce que je ne peux ressentir à l’instant. Tout ce que je souhaite c’est que je puisse te faire comprendre ce que je crois comprendre et que toi  tu me fasses comprendre ce que tu crois comprendre, pour qu’enfin, nous puissions nous comprendre.

Nous utiliserons le langage du cœur. La raison viendra ensuite.

Quel est ton avis sur cela ou sur ceci, Ô mon lointain voisin ? Je peux l’affirmer sans me contredire : tu me manques, et pourtant je ne t’ai jamais perdu.

Mais pour l’instant, malheureusement, il faut être patient. Ce n’est pas les choses qui prennent du temps, c’est nous qui ne sommes pas assez patients. Tout ce que je peux faire, c’est écrire. Ecrire. Mais écrire quoi ? T’écrire ! M’écrire ! Je vais probablement être très maladroit mais j’aimerais te parler de ce que je crois, de ce que je crois savoir, de ce que je sais. Permet moi de te raconter, en proposant des cibles à mon esprit et à mon cœur, comment j’interprète la parcelle du monde que j’ai entrevu, que dis-je, la poussière de l’univers que je côtoie…

 

 

14:53 Écrit par Igor Rodrigues Ramos dans Bref, un constat amer parmi tant d'autres | Lien permanent | Commentaires (3) |  Imprimer |  Facebook | | | |