02/11/2014

Continuation d'orientation pour le blog

 

 

nouvelle orientation pour le blog, continuation, igor rodrigues ramos, irr, expériences alphabétiques, toutes les catégories, art, artiste, culture, jeux vidéo, manga, poésie, poème, présentation, découverte, mdnm, mots du nouveau monde

 

Lundi : la citation de la semaine

 

Mardi : poésie de mon cru ou d’un autre

 

Mercredi : un texte plutôt philosophique

 

Jeudi : présentation d’un artiste ou autre youtubeur

 

Venderdi : un texte portant plutôt sur l’art et la culture, à Genève, ailleurs ou en général

 

Samedi : un jour consacré aux jeux vidéo

 

Dimanche : « Les Mots Du Nouveau-Monde »

 

 

 

Bien sûr, le programme peut être altéré selon mon envie, mes motivations ou l’actualité. Je ne tiens pas à me priver d’écrire quoi que ce soit, mais comme dit tout à l’heure, juste à mieux régulariser ces pages pour la nouvelle année académique à venir.

 

J'espère que cela vous plaira, petit à petit il y a toujours plus de visites, ce qui est vraiment génial à mes yeux!

 

Merci à tous, même aux trolleurs!

 

Source image: http://www.bonjourpokemon.fr/chrysacier-pokemon-insecte

 

23/09/2014

Cadavres Espagnols

 

cadavre exquis, poésie. poème, pays basques, espagne, écriture créative, surréalisme, jeu, andré breton, vers.jpg

 

Cadavre féminin

 

Ces sublimes saintes nues se ruent si lentement qu’elles empêchent mon salut.

L’oiseau nu s’enorgueillit à la vue de l’ange déchu et tordu.

Cependant, seins pendant, le magma humide s’invite si vite en doigtant le ciel.

 

I.R.R & VLM

 

 

Cadavre travesti

 

Les déguisements humanoïdes s’invitent jusqu’au bout de la night en doutant de la juste morphologie.

Leur proéminente pomme d’Adam, défoncé à la traitrise imagière, excite fortement la chute au paradis artificiel.

Hermès et Aphrodite palpent largement, affectant le tableau efféminé, sans facéties ni bas-résilles, ainsi que la veste d’Hermaphrodite.

 

I.R.R & VLM

22/09/2014

Les passantes basques

 

 

les passantes basques, poésie, poème, vers, écriture créative, art et culture, voyage, espagne, pays basque, femme, fille, vision, une boutique pour dames, à la boutique, tique, début des vacances, IRR, irr, vlm, VLM, la tatouée, dans les rues, les jumelles, celle qui se rhabillait, paysage rouge, latina, les françaises, big boule, pas mal, ana, pour ana

 

Une boutique pour dames

 

Il est bon de se balader dans une boutique pour dames,

Particulièrement lorsque l’on est un homme !

Pauvres aveugles !

Savent-ils ce qu’ils perdent ?

Voyez celle-ci essayant une robe bleue ;

Un bleu peau comme ses fesse si elle passait la nuit avec moi !

En ma compagnie, jolie brune, ce nouvel achat est inutile,

Je te l’arracherai avant même que tu ne l’essaye !

Et toi, belle blonde – je n’aime pas trop les blondes franchement-

Mais toi, belle blonde, je ne te laisserai pas dormir de la nuit !

Ce sac étincelant, la coquine rousse l’a aussi ;

Oh la rousse !

Savez-vous ce qui se cache derrière une jupe rousse ?

Non ? Moi non plus.

Christophe Colomb lui-même ne l’a pas découvert !

Oh les boutiques pour dames !

En général je déteste ça !

Et pourtant parfois

Lorsque je m’ennuie et que mes yeux ont faim,

Mes chers messieurs,

Je me balade dans une boutique pour dames !

Un conseil ?

Faites pareil !

Un voyage au bout de l’origine de l’univers, juste au coin de la rue,

Voilà ce qu’est une balade dans une boutique pour dames !

 

I.R.R


A la boutique, tique, tique

 

A la boutique, tique, tique,

Les belles dames, dames, dames,

Y perdent leur âme, âme, âme,

Et moi je les nique, nique, nique !

 

A la boutique, tique, tique,

Les frêles femmes, femmes, femmes,

Je fume mon stick, stick, stick,

Et perd mon calme, calme, calme !

 

A la boutique, tique, tique,

C’est tout un drame, drame, drame,

J’ai trop bu hic, hic, hic,

Mon zgeg est une arme, arme, arme !

 

A la boutique, tique, tique,

J’ai vu des dames, femmes, âmes,

Passe-moi le mic, mic, mic,

Afin d’écrire mes larmes, larmes, larmes !

 

I.R.R

 

 

Début des vacances

 

Assis sur ma chaise

Je sirote une sangria

En m’en grillant une.

Jette un œil sur la brune

Qui se fume un gramme

En bronzant son derrière.

Sans grâce ni grimaces

Commencent les vacances

De Monsieur Sanchez !

 

VLM

 

 

La tatouée

 

Une rose imagée au bras

Couplée à une forme que ne vois pas,

Elle se tient assise juste là

Attendant son café et son agua.

 

I.R.R

 

 

Dans les rues

 

Dans les rues défilent une faune fragile

Vêtue de quelques fils s’effilant bien facile.

Elles profilent leur nombril sous les nez infantiles des garçons puérils,

Invitant ces débiles dans une danse stérile.

Elles annihilent la semence fertile par leur sex-appeal.

 

I.R.R

 

 

Les jumelles

 

Déroutant le regard du plus tendre crevard,

Les monts jumeaux rendent hagards et ce n’est pas un hasard !

Poires ou pommes, melon ou cerises,

Les mamelles infidèles

Provoquent bien des bêtises !

La mainmise sur ces fruits qu’on ne saurait croquer,

Attisent le désir sans même y penser.

 

VLM

 

 

Celle qui se rhabillait

 

Ils étaient  là, profitant du soleil,

Tel un mont verdoyant et vermeil.

Ils bronzaient tous deux comme si plus rien ne comptait,

Pourtant, toute l’humanité les contemplait.

Puis ils se sont levés vers le soleil d’été

Lorsque celle qui les portait s’en est allé.

 

I.R.R

 

 

Paysage rouge

 

Couchée auprès de deux squelettes clonés

Et portant une tenue ensanglantée,

Elle se caressait la jambe juste au moment

Même où je me levais pour prendre un café devant.

A mon retour, c’est elle qui se levait et partait avec hargne

Et ce fut là que je vis l’un des plus beaux paysages d’Espagne.

 

I.R.R

 

 

Latina, latina, latina

 

Latina, latina, latina,

C’est avec moi que tu dansas,

Souriant comme la sirène souria,

Puis un bisou par-ci,

Un bisou par-là,

On tourna, tourna, tourna,

Latina, latina, latina.

 

I.R.R

 

 

Les françaises

 

Il y a ces françaises que l’on sauva,

D’un gars relou qui leur parla,

Puis vint celui-là plein de joie,

Luc Ferry, Sartre, l’univers, tout y passa,

Et c’est ainsi festoiement que l’on pensa,

Tentant parfois de sortir de soi

Mais malheureusement, je suis toujours moi.

 

I.R.R

 

Big Boule

 

J’ai les yeux qui saignent,

Je n’en peux plus,

A la vue de cette grosse sirène

Avec un méga gros cul.

 

I.R.R

 

 

Pas mal

 

On s’est dit

Ouai quand même

Elle est pas mal

Et c’est clair aussi

Ce corps je l’aime

Pour lui j’ai dit idées sales.

 

I.R.R

 


 

Ana

 

Ana

T’es une pure nana

Quand je te vois

Tu me donnes la banana

Même si ton boule est aussi étroit

Que l’isme du canal de panama !

 

VLM

 

 

Pour Ana

 

Tes yeux ensoleillés éclairent les miens

Lorsque tu me regarde avec ces astres divins.

Et puis il y a ta longue crinière

S’écoulant comme une brune et douce rivière,

Quant à ton esprit saint et d’or

Il est aussi mystérieux que les abysses de ton corps.

 

I.R.R