26/07/2015

Vertes contrées

Ces paysages siamois qui me mirent ont tout d'un jour heureux: 

Le soleil s'y baigne comme si l'océan était sien, couché humblement sur une prairie fort verdoyante.
 
Ils sont un accès à l'âme, miroirs de l'esprit, ils sont à la fois le voyage et le voyageur
 
Et par deux fois au moins je suis tombé sous leur charme,
 
Et les aime quatre fois plus à chaque moment qui s'enfuit.
 
Pour ces tableaux colorés accrochés sur ton accrocheur visage,
 
Mon cœur,
Mon ange,
Ma chérie,
Mon amour,
 
J'irai jusqu'au bout du bout du bout de l'univers, j'y ferai un double tour et reviendrai dans le temps par l'arrière pour tout recommencer éternellement vers l'avant.
 
Et si par malheur l'on se dit adieu avant, dit à Dieux qu'à deux l'on s'est tout dit directement et sincèrement aux creux profond de nos yeux.

Les commentaires sont fermés.