13/08/2014

La cousine - Gérard de Nerval

gerard de nerval, odelettes, sylvie, vers dorés, les chimères, poésie, art, écriture, photo, portrait.jpg

L’hiver a ses plaisirs ; et souvent, le dimanche,
Quand un peu de soleil jaunit la terre blanche,
Avec une cousine on sort se promener…
- Et ne vous faites pas attendre pour dîner,

Dit la mère. Et quand on a bien, aux Tuileries,
Vu sous les arbres noirs les toilettes fleuries,
La jeune fille a froid… et vous fait observer
Que le brouillard du soir commence à se lever.

Et l’on revient, parlant du beau jour qu’on regrette,
Qui s’est passé si vite… et de flamme discrète :
Et l’on sent en rentrant, avec grand appétit,
Du bas de l’escalier, - le dindon qui rôtit.

Gérard de Nerval, Odelettes

 

Source image: http://fr.wikipedia.org/wiki/G%C3%A9rard_de_Nerval

Commentaires

Ce n'est pas le meilleur de Nerval... Hugo sur la promenade avec une cousine a composé un poème plus intéressant. Les "Vers dorés" étaient bien, quoique déjà un peu paranoïaques, "Gaieté" déjà un peu moins, là la cousine, je ne suis pas trop convaincu.

Écrit par : Rémi Mogenet | 14/08/2014

Ce n'est probablement pas le meilleur de Nerval, ni même mon préféré, mais je tiens beaucoup à lui pour ma part.
J'espère en poster d'autres qui vous plairont d'avantage!
Très bonne journée

Écrit par : Igor Rodrigues Ramos | 14/08/2014

Les commentaires sont fermés.