06/09/2014

Child of light

child of light,. poésie, jeux vidéo, article, test, image, ambiance, pc, console, rpg, tdg.jpgCeux qui me lisent régulièrement depuis un moment savent que je suis un grand fan de dame poésie, alors vous vous doutez bien que lorsque j’entends parler d’un jeu vidéo dit poétique, je m’y attelle au plus vite.

Et pour le coup, avec celui-ci, j’ai été loin d’être déçu : Child of light !

Pourquoi un jeu poétique ? Pour diverses raisons.

La plus notable est que tout le jeu a été entièrement écrit en rime, dialogue y compris ! Quelle joie ! Si ma mémoire ne me trompe point, c’est le seul jeu que j’ai connu qui met en avant l’aspect poétique ainsi ! A tel point que les développeurs, Ubisoft Montréal, en ont peut-être fait trop ! Mais sur ce coup je ne vais clairement pas cracher dans la soupe !

Mais ce n’est pas le seul aspect que l’on peut qualifier de poétique.

Visuellement le jeu est magnifique et unique. L’ensemble forme un image envoutante et on s’y perd agréablement, malgré la simplicité du décor.  La musique, adaptée selon les moments et l’action, est quant à elle aussi envoutante, mais c’est surtout le mélange de l’esthétique du jeu et de sa bande sonore qui fait que l’on peut le qualifier de poétique !

Le jeu peut paraitre comme un rpg japonais typique mais avec ses propres spécificités, tant lors des combats qu’en dehors. La prise en main est aussi agréable est facile (J’y joue sur PC avec la manette 360).

Que puis-je lui reprocher ? Pour ma part pas grand-chose, je suis déjà tellement content de pouvoir jouer à un jeu entièrement écrit en rime que je n’ai pas de quoi me plaindre. Si vous vouliez lire un texte objectif ce n’était donc pas le bon article à lire, et je pense que vous l’aurez remarquez déjà avant !

Une chose est sure, si vous êtes fan de poésie et de rpg frais, je vous conseille vraiment de l’essayer !

Les commentaires sont fermés.