26/09/2014

Architecture et état-nation

architecture, romantisme, construction, art, artiste, néco-classicisme, konemann, livre.jpgLes années 1815-1848 sont en Europe et en Amérique les années importantes pour ce que l’on nomme l’état-nation, fondés notamment sur un espace, une communauté, une religion, une histoire et une langue.

L’architecture publique fut ainsi un vecteur important pour créer et mettre en avant les emblèmes de ces états-nations et par là même inventer les représentations de l’état. Toute capitale continue ou commence ainsi à se doter de ce que l’on peut nommer les bâtiments administratifs  indispensables, très souvent monumentaux et relativement ornées, en opposition avec ce qui s’est fait avant. Il y a même une certain standardisation qui est mise en place. Les capitales représentent dès lors un grand ensemble de diverses fonctions, tant social qu’économiques, tant politique, intellectuelles qu’administratives !

Malgré une certaine standardisation, chaque état-nation désire tout de même se démarquer des autres : une nation, une capitale un style. Munich par exemple, notamment sous l’impulsion d’architectes tels que  Leo von Klenze ou Schinkel, s’affirme presque comme une nouvelle Florence stylistiquement parlant. Ce langage bien sûr se retrouvera tout de même ailleurs, aux USA par exemple, pour évoquer les valeurs de la justice, travail et démocratie, le langage antique grec est remis au goût du jour.

Les institutions culturelles et artistiques, les musées et autre bibliothèques sont ainsi des symboles de nouvelles valeurs sociétales.  La puissance publique est quant à elle représentée par de forts réseaux administratifs qui se mettent en place, même jusqu’aux petites villages, mairies et les écoles.

On peut donc s’avancer à affirmer qu’à ce moment-là, l’architecte est non seulement considéré en tant que tel professionnellement parlant, mais aussi en tant qu’artiste et que son rôle dans la société et son image d’elle-même est relativement important.

Il y aurait tant à dire encore mais je préfère écrire petit à petit cette série d’article.

Les commentaires sont fermés.