28/06/2014

Extrait de l'acte d'excommunication de Spinoza

Pour être franc, j'ai rarement vu un texte aussi bienveillant envers la personne concernée... C'est un extrait que j'ai découvert à un cours sur les rationalistes et plus précisément sur Spinoza.

Enjoy

Spinoza, traité, philo, dieu, principe de raison suffisante.jpg

"Que [Baruch Spinoza]... Soit maudit de jour et maudi de nuit ; maudit soit-il quand il est alité et malade, et maudi soit-il quand il se lève. Maudi soit-il quand il sort et maudit soit-il quand il rentre. Puisse le Seigneur ne pa slui pardonner et l'accueillir jamais. Puissent la colère et la réprobation du Seigneur brûler dorénavant contre cet homme, le charger de toutes les malédictions écrites dans le livre des lois, et radier son nom sous tous les cieux. (...) Personne ne doit communiquer avec lui ni par écrit, ni en lui accordant des faveurs, ni en lisant quelque traité composé par lui."

 

Et voici sa réponses:

•«À la bonne heure, […] on ne me force à rien que je n’eusse fait de moi-même si je n’avais craint le scandale. Mais, puisqu’on le veut de la sorte, j’entre avec joie dans le chemin qui m’est ouvert, avec cette consolation que ma sortie sera plus innocente que ne fut celle des hébreux hors d’Égypte.» (selon Lucas, dans S. Nadler Spinoza, p. 186.)
 
Et BIM!

Commentaires

Excommunier est un fait "propre" au christianisme et à l'islam comme la conversion faite en un coup de cuillère, dans le judaïsme, car Spinoza était juif, la notion d'excommunication n'existe simplement pas !

Écrit par : Corto | 28/06/2014

Bonjour Corto, merci pour votre commentaire.

On peut supposer que l’excommunication n'est pas le mot le plus approprié pour la situation comme vous le suggérez si agréablement, pourtant, il me semble bien que l'acte officiel qu'a subit Spinoza est très très proche d'une excommunication, à savoir, une communauté religieuse qui décide de renvoyer / bannir / radier / etc / l'un de ses membre pour certaines raisons.
Vu l'acte ici présent on pourrait peut être même plus parler de malédiction que d'excommunication!

Écrit par : Igor | 29/06/2014

De quel groupe parlez-vous ???

A cette époque le consistoire n'existait pas, ni aux Pays-bas ni ailleurs, puisqu'ils étaient proscrits !

Alors soyez plus précis !

Écrit par : Corto | 29/06/2014

Que cette phrase :

" Puisse le Seigneur ne pa slui pardonner et l'accueillir jamais. Puissent la colère et la réprobation du Seigneur brûler dorénavant contre cet homme, le charger de toutes les malédictions écrites dans le livre des lois, et radier son nom sous tous les cieux."

Colle à perfection avec le langage de l'église catholique, nul-part ni dans le Talmud ni dans les écrits des sages d'Israël, il n'y de tel phrasé !

Le judaïsme n'a jamais fait allusion à un éventuel paradis autre que terrestre et révolu.

Ni d'éventuel marchandage quel qu'il soit avec un "au delà", vous devez confondre le "libre arbitre" et la coupe du monde !

Écrit par : Corto | 29/06/2014

Igor, lisez le livre de Damasio, il expose avec précision la fin de la vie de Spinoza et sachez que seule la sépulture fait foi d'appartenance à la communauté dans le judaïsme, les personnes ayant commis des suicides, mais pas dans tous les cas, peuvent y être exclus et ceux ayant été assassinés, hormis ces derniers, nul ne peut être exclus pour avoir eu des opinions contraires à la mode en cours.

De plus, les livres de Spinoza n'étaient pas condamnés par la communauté juive hollandaise, au contraire, ils faisaient partie de toutes les bibliothèques les plus enviées, d'où le fait que ses oeuvres manuscrites sont pratiquement toutes soigneusement conservées et intacte malgré les tentatives d'autodafés des églises !

Igor, contrairement à vous, je sais (et ne suis pas le seul) où est enterré Spinoza, pour cela il faut avoir quelques notions de Guémétria, pour ne pas dire de solides connaissances de l'hébreu et de sa grammaire, ce qui me rapproche plus de Spinoza que les restes grabataires du calvinisme !

Écrit par : Corto | 29/06/2014

Les commentaires sont fermés.