25/04/2014

Re[c]act IV — L’art engagé: un art politique? [Partie 2]



Pro­blé­ma­tique: “L’art engagé: un art politique?”

L’art. Par­fois défini comme auto­suf­fi­sant, tota­le­ment dés­in­té­ressé et pure­ment esthé­tique. Par­fois, et à juste titre, consi­déré comme vec­teur d’expression des muta­tions sociales, écono­miques et poli­tiques. Des muta­tions des­quelles l’artiste – pris dans le sens de celui qui pro­duit de l’art – se fait sen­si­ble­ment le porte-parole, d’une manière codi­fiée ou sym­bo­li­sée. À l’heure où la culture s’institutionnalise, l’art se fait le véhi­cule de l’intégration comme outil de cohé­sion sociale. L’art n’est pour­tant pas confiné au seul rôle de cohé­sion ; il per­turbe, il inter­roge, il apporte un regard alter­na­tif, il émet une vision dis­so­nante de notre réa­lité. L’art engagé : euphé­misme ou absur­dité ? En quoi l’art, expres­sion humaine uni­ver­selle, peut com­prendre la recherche de l’esthétique et la dénon­cia­tion citoyenne ? Faut-il pen­ser la créa­tion par rap­port à l’état d’une société ? L’art, lorsqu’il est poli­ti­que­ment engagé, présente-t-il dif­fé­rents niveaux d’engagement ? À tra­vers une approche théo­rique, his­to­rique et lit­té­raire, nous ten­te­rons de répondre à ces dif­fé­rentes inter­ro­ga­tions avec nos deux invi­tés, pro­fes­seurs à l’Université de Genève: Jan Blanc, pro­fes­seur d’histoire de l’art, et Syl­viane Dupuis, pro­fes­seure de fran­çais moderne et lit­té­ra­ture suisse romande, poé­tesse, écri­vaine et cofon­da­trice de la Mai­son de la Lit­té­ra­ture de Genève.

Sur Jet d'Encre: http://www.jetdencre.ch/recact-iv-lart-engage-un-art-poli...

Les commentaires sont fermés.