20/04/2014

Déchirure

 

peinture, déchirure, igor, amour, galerie, expériences alphabétiques, dessin, artiste.jpg

D’aussi loin que je m’en souvienne

Mon âme fût toujours sienne

Et lorsque son cœur me contempla

Je crois, enfin, l’univers exista.

 

Ma mémoire pourtant se trouble….

 

Il me semble lui avoir écrit

Poésies et autres hérésies,

Il me semble lui avoir dit

Ces mots lourds, ces mots qui lient

Ciel et mer, enfer et paradis,

Ces mots devenus des non-dits.

 

Ma mémoire pourtant se trouble…

 

Vous rappelez-vous de son visage ?

Il portait ce regard verdoyant,

Ces mielleuses lèvres s’éloignant,

Ce nez qui traverse tous les âges.

 

Ma mémoire pourtant se trouble…

 

J’ai appris dans les contes que l’amour unissait.

C’est vrai mais je viens d’apprendre qu’il déchirait

A coup de cris silencieux et solitaires,

A coup de couteaux transperçant l’air.

 

Ma mémoire pourtant se trouble…

 

Peut-être que tout cela n’était qu’un rêve. Un rêve si réel, un rêve de jeunesse.

 

D’aussi loin que je m’en souvienne

Mon âme fût toujours sienne

Et lorsque son cœur me contempla

Je crois, enfin, l’univers exista.

 

Que reste-t-il dans ce fracas de souvenirs et d’émotions ?

 

La route menant vers elle a disparu,

Croyez-moi, je m’y suis perdu.

Mais ce chemin arrive bientôt à sa fin

Car au bout de ces vers attend l’ultime point…

.

 

Source image: http://www.galerie-com.com/oeuvre/dechirure/6402/

Les commentaires sont fermés.